Une miniature exotique.

0

Silver Shadow et Phantom VI : ce sont, à l’époque, les produits de la marque Rolls-Royce.

Mais quelle est donc cette étrange voiture ?

Marcel R. Van Cleemput, sorte de « Dr Corgi-Toys », à la fois membre du bureau d’étude et collectionneur de… Corgi-Toys, propose ce prototype dans les années 1970. Evidemment il a beaucoup moins d’intérêt que celui de la Camargue, qui représente lui, un modèle réel, et s’approche beaucoup plus d’un modèle de pré production que d’un simple prototype. Il n’en reste pas moins que ce projet est intéressant. Il est témoin des hésitations marketing de l’époque. Le modèle n’est pas connu, certes, mais c’est l’époque où l’on propose des modèles réduits de véhicules aussi futuristes qu’imaginaires. Et là on touche au néo-classicisme, qui n’est pas vendeur du tout sur ce marché. La calandre, faite à la main, et non prélevée sur un modèle de série malgré la présence de la Corniche au catalogue maison, indique que c’est bien une Rolls-Royce que ce prototype représente. Sa longueur est de 8,9 cm, et son empattement de 15,2 cm. Suivant que l’on considère qu’il s’agit d’une Silver Shadow à châssis court ou long, ou bien d’une Phantom VI, cela donne une échelle supposée de 1/34, 1/35 ou 1/41.

Comme Corgi-Toys a adopté quelques années auparavant le 1/36 pour l’ensemble de sa gamme de voitures, ce pourrait bien être une Silver Shadow, à châssis long, vu le type de carrosserie.


Par contre on voit bien que nous sommes dans une certaine fantaisie. Aurait-ce pu être la nouvelle limousine (sage) de Lady Penelope ou de Picsou ? Ou Mr Van Cleemput s’est-il inspiré d’un dessin publié dans la presse automobile et qui aurait figuré une possible évolution du style maison ?  Il n’aurait ainsi été ainsi, non plus seulement « à la page », mais bien en avance sur son temps… et celui de ses concurrents.

Si les premiers clichés montrent bien une voie arrière dans les standards de l’époque, la voie avant est, elle, exceptionnellement large, l’on comprend bien que Rolls-Royce n’aura jamais l’idée de proposer un tel châssis. Evidemment un prototype n’est qu’une idée, un avant-projet. Peut-être, au regard du coût de développement d’une nouvelle miniature, la direction de Corgi-Toys n’a-t-elle pas voulu prendre de risque d’une part, et que Marcel R. a commis cette atypique auto plus pour se faire plaisir que dans l’espoir de voir sa proposition se concrétiser.

Le cache en plastique de l’axe avant a dû se décoller aux premiers essais de roulage. Car autant le train arrière est roulant, autant l’avant est trop engoncé pour pouvoir tourner sur lui-même.

Comme on peut le voir, l’auto est constitué de deux parties longitudinales, collées ensemble ensuite, comme très souvent pour les prototypes en bois, ou même en résine.

Aucun modèle plus élaboré ne verra donc le jour à partir de cette ébauche. Dans le « Grand livre des Corgi » ou « The Great book of the Corgi » dans le texte, on a vu notamment des modèles pratiquement aboutis mais qui ne seront jamais produits en série. Si celui-ci n’aura pas mérité le moindre approfondissement, j’aurais bien aimé que celui, présenté  ci-dessous visse le jour. Pour un coût de développement largement inférieur, il aurait pu entrer en production. Reste que la clientèle de masse avait le regard bien plus porté sur le futur que sur un passé automobile, fut-il prestigieux.

Want to leave a note? Just fill in the form below.

Laisser un commentaire

Copyright © 2010-2017 Corky Tous droits réservés
Ce site utilise le thème Desk Mess Mirrored, v2.2, de BuyNowShop.com.