Qui l’a lue ?

0

Quand on parle d’une Dinky-Toys, on en vient à mentionner depuis peu, qu’il s’agit d’une originale.

Rolls-Royce Silver Cloud Quiralu

Les éditions Atlas distribuent, depuis 2008, des reproductions s’apparentant aux Dinky-Toys, portant officiellement par le jeu des licences, le nom Dinky-Toys.
Oui, il y a donc Dinky-Toys et… Dinky-Toys. Pour un amateur averti, pas de doute possible. Les reproductions sont moins fines que les originales quand elles réussissent à imiter leurs aînées, leur peinture plus épaisse et brillante. Et surtout sur le châssis est gravée la mention « Made in China ». Donc pas de doute possible.

Quiralu, dans les années 1950 a proposé de très belles miniatures également. Puis, dans les années 1990 et aujourd’hui encore avec certains modèles, il fut possible d’acheter des Quiralu neuves. Toutes fraîches, sorties de l’usine.

Si, quand on connaît un peu les anciennes, il est facile de distinguer une vraie d’une fausse, j’ai pourtant déjà eu à répondre à la question suivante : « Est-ce une originale ou une réédition ? ».

Ce bref article est le prétexte pour découvrir trois éditions différentes de la Rolls-Royce Quiralu.

Du 100% neuf. Et pourtant plus de 50 ans déjà !

Le gravage sous le châssis est identique en tout point. Pourtant quelques indices assez évidents permettent de faire la différence.
Je vous propose, sur un modèle, d’observer quelques points. Vous saurez facilement repérer sur les clichés suivants, le modèle qui a cinquante ans ou plus de celui qui en a à peine vingt.

A quelques détails près, volontairement retravaillés, sur certains modèles, les moules ne présentent que deux différences, mais fort visibles. Les renforts originaux, présents sur les hauts du pare-brise et de la lunette arrière, on disparu sur les rééditions, donnant même à la lunette arrière une forme arrondie plus conforme à celle de la vraie voiture. Mais d’autres détails sont également décelables.On voit bien sur l'exemplaire du bas, que la couche de peinture est bien fine

Les plus récentes ont des peintures brillantes et surtout profondes. Ce qui est plutôt rare sur les anciennes où la finesse de peinture met souvent à jour la gravure et les arrêtes.

Comme sur beaucoup de modèles de cette époque, qu’ils soient CIJ, Corgi-Toys, j’en passe et des meilleurs (quoique…) les pare-chocs et phares étaient réhaussés d’une peinture argentée. Celle de gauche est une réédition de 1994.Celle-ci était appliquée à travers un pochoir qui laissait passer des micro-gouttes et donnent un effet de bruine très limité autour de la zone et cependant notable.

Toutefois, les photos des exemplaires étudiés, ne permettent pas de bien se rendre compte de cette différence.

De haut en bas : 1957, 1994 et Dan-Toys

S’il est, par contre un autre élément permettant de facilement dater un de ces jouets, c’est le châssis.
En acier galvanisé sur les rééditions, il est en acier peint en noir sur les premières versions.  Cette peinture semble même légèrement translucide, ce qui en fait une caractéristique difficile à contrefaire. Les bouterolles ne sont pas les mêmes et sont plus larges, lorsqu’elles furent produites par les antiques machines.

A condition d’en disposer pour une ancienne version, c’est la boîte qui est la plus évidente à identifier.  Tout d’abord, l’ancienne est plus grande que les rééditions. Et cela n’est pas un cas unique quand on se rappelle que Dinky-Toys a proposé en 1959, sa Silver Wraith dans un étui assez large, ou ajusté selon qu’elle était produite en Angleterre (réf. 150) ou en France (réf. 551).
Sur les étuis récents, est apposée, entre autres, la mention « ne convient pas au-dessous de 14 ans ».
Dan-Toys, le célèbre vendeur, producteur de réplique, y est allé de sa réplique. Là aucun doute possible, le châssis et l’étui se sont vus poser des autocollants du distributeur. Et sur le carton on trouve même une double pastille de couleur indiquant le coloris de l’auto cachée dans son étui de carton blanc imprimé.  Les anciens, tout comme celles des Dinky-Toys et Corgi-Toys, sont imprimés sur du carton marron clair où les fibres transparaissent.La plus ancienne est en bas

Pas ridicule cette Silver Cloud à côté d'une Silver WraithOn remarquera que la reproduction de 1994 a gagné en beauté. Cette rare Silver-Cloud carrosée par Hopper, dont on notera au passage l’illustration non appropriée sur la boîte, a vu son pare-brise libéré de cette sorte de pare-soleil, intégré dans le moule.

Les récentes rééditions Dinky-Toys sont facile à identifier, même quand on est béotien, pour peu que l’on veuille se donner la peine d’effectuer « le geste du collectionneur ». Quinze ans plus tôt, avec les Quiralu, il était moins évident de faire la différence, sans informations adéquates.

Craquante version originale.

J’ai récemment commencé à aimer les anciennes, dépourvues de pièces rapportées, de détails fins, et de photo-découpe. Difficilement descriptible via de simples mots ou même des clichés, le charme des anciennes, opère sans conteste, quand on peut s’accorder ces petits moments privilégiés, où l’on met, cote à cote, deux éditions d’un même modèle. Comme si le pinceau du temps,Je l'ai achetée en 1994, année de sa production. trempé dans un pot de nostalgie, avait habillé les anciennes d’une robe de félicité, patinée autant par des mains que des rires d’enfants. Ca peut faire sourire, et tant mieux en un sens. Si le zamac a peut-être moins de goût qu’une madeleine, il a, au creux de la paume, bien plus de poids !

Rolls-Royce Silver Cloud Quiralu

Et pour finir une autre photo de groupe. C’est l’essence même de la collection !

 

Rolls-Royce Silver Cloud Quiralu.

Want to leave a note? Just fill in the form below.

Laisser un commentaire

Copyright © 2010-2017 Corky Tous droits réservés
Ce site utilise le thème Desk Mess Mirrored, v2.2, de BuyNowShop.com.