Une anglaise à l’accent italien. Mercury Bentley S.

Je me rappelle avoir acheté ma première Bentley Mercury auprès d’un membre d’un forum, il y a de cela cinq ans. C’était un modèle en excellent état avec sa boîte, elle aussi en excellent état. Une transaction qui avait satisfait les deux parties. Ce n’était pas réellement une découverte dans la mesure où j’avais pu collecter deux Rolls-Royce du même fabricant quelques mois plus tôt. Je savais juste que je n’allais pas être déçu.
Aujourd’hui je me demande encore pourquoi j’ai attendu tant de temps avant d’écrire un article sur cet adorable modèle. Parce qu’il est réellement charmant, comme peut l’être une Dinky-Toys par exemple, je vais maintenant essayer de vous le faire ressentir.

Parlons tout d’abord de la voiture ; la vraie. Pour en parler nous avons besoin de savoir quand cette miniature a été fabriquée. Le meilleur document dont je dispose est une page du catalogue Mercury de 1959/1960. Mais est-ce parce qu’elle montre cette Bentley et la Rolls-Royce côte à côte que nous pouvons être sûr que les deux modèles ont bien été lancés une de ces années là ? Rappelons-nous que parfois les plus célèbres marques de jouets n’ont jamais produit certains modèles pourtant illustrés dans leurs catalogues, et que certains autres ont vu leur lancement reporté.

Est-ce que cela a vraiment une importance ? Oui ! La Bentley S1 a été produite de 1955 à 1959 alors que la S2 le fut ensuite de 1959 à 1963. Donc nous devons admettre que c’est une Bentley… S. Nous ne pouvons effectivement pas ouvrir le capot de la miniature pour vérifier s’il cache un V8 ou un 6 cylindres en ligne. C’est tout ce que nous pourrions déceler sur une miniature de cette taille. Mais pas de capot ouvrant, pas de d’indice à découvrir.

Parce qu’il est petit ce modèle ! Il est au 1/50 pour être approximativement exact. Selon les sources d’information, ou même de la façon dont les personnes prennent les mesures de la miniature, d’après la longueur hors-tout ou d’après l’empattement, on pourrait dire que c’est du 1/51 ou du 1/49. Mais on admettra que c’est du 1/50, nous verrons plus tard pourquoi.

Ce que nous pouvons voir de suite, ce sont les lignes fidèles et la vue d’ensemble parfaite. Les roues sont un peu trop étroites mais leur diamètre est correct et elles donnent une assise si juste à cette berline que celle-ci semble confortable. Mais semble seulement. Car elle n’a ni suspension, ni même de sièges ou banquette pour s’y prélasser. Pas de volant non plus. Les accessoires consistent juste en des pare-chocs et calandre séparés et un vitrage complet. Exactement comme étaient équipées les premières Corgi-Toys et à peu près toutes les Dinky-Toys à cette époque (la première Dinky-Toys à être fournie avec des suspensions fut la Rolls-Royce Silver Wraith en février 1959.) Si l’on considère maintenant les pare-chocs et la calandre, on peut voir que le catalogue annonce « parti cromate ». Quel luxe ! (La première Dinky-Toys à en recevoir est également la Silver Wraith !) Cette Bentley Mercury coûtait par exemple 50% plus cher que la VW de la même marque, sans vitres ni chromes. C’est dire si ces équipements étaient onéreux ! Si l’on se replace en 1959, année que l’on admettra être celle du début de la commercialisation du modèle Mercury, Dinky-Toys offre pour la première fois ces mêmes caractéristiques. Le fabricant de jouet Italien, s’il n’est pas avant-gardiste, colle donc à l’actualité.

Je ne collectionne pas avec la même rigueur que certains. Je vais donc vous parler de ce modèle avec… euh… disons poésie. Je préfère ce mot au terme « laxisme » qui me blesserait un peu, je l’avoue.

J’ai déjà dit que les lignes avaient été bien capturées et combien ce modèle était globalement fidèle à l’automobile reproduite à l’échelle.
Poignées de porte et de coffre sont présentes et de taille cohérente, les prises d’air frontales sont nettes et même les essuie-glace sont moulés avec la carrosserie, ce dernier détail n’étant pas offert par la concurrence.
Comme sur la Solido, nous pouvons déplorer la démarcation des ouvrants qui est en relief et non en creux. J’imagine que le moule devait être plus facile à faire. Mais c’est dommage, ces deux modèles étant si réussis par ailleurs. Les feux arrières sont peints en rouge, les feux avant en argent, ainsi que les clignotants sur le sommet des ailes, quand ils le sont. Tout comme les essuie-glace à peinture intermittente. Un coup ils sont peints, un coup ils ne le sont pas.

Revenons aux pare-chocs et à la calandre.
Le catalogue dit « parties chromées », mais les exemplaires qui en sont équipés sont bien peu courants. Sur huit modèles en ma possession, seul un a des parties chromées. Egalement une seule Rolls-Royce sur les huit que j’ai eues. Sur toutes les autres, la calandre et les pare-chocs sont peints de couleur argent. Je devrais dire, que ces exemplaires ont une calandre, des pare-chocs ET un plancher peints en argent. Car plancher et pare-chocs sont, on le voit dès que l’on retourne la miniature, une seule et même pièce de zamak.

Une autre chose qu’il faut noter puisqu’elle est assez singulière, est la façon dont les axes de roues sont fixés au châssis. Le plancher a juste des encoches en forme de demi-cercle dans lesquelles viennent se poser les axes. Des espèces d’agrafes viennent alors les plaquer contre le plancher. Ces dernières (chromées !) sont alors elles-mêmes fixées au plancher de l’autre côté du plancher, à l’intérieur de l’auto donc, avant que ce plancher ne soit rivé à la carrosserie. Je pense que c’est juste un choix dans le processus de fabrication. Les trains roulants pouvant être préparés avant même d’être fixés au plancher. Chez Corgi-Toys, Dinky-Toys, ou Matchbox, la deuxième roue de chaque axe est, alors, au contraire montée après que l’axe ait été enfilé dans les trous prévus dans le plancher, puis l’axe maté ou pincé. Mais une petite photo vous aidera sûrement mieux à comprendre que mes explications confuses.

Observons le châssis maintenant. Les rivets prennent une forme assez caractéristique de nombreux modèles Mercury contemporains. Sur ces grandes anglaises, je n’en ai jamais vu d’autre type. Toujours les mêmes également sont les roues. Chaussées de pneus noirs crantés à section ronde, ces derniers sont toujours souples et ronds, car le caoutchouc y est mélangé au nylon ce qui explique leur tenue dans le temps. Nous sommes loin de ceux qui équipent Corgi et Dinky. Les jantes sont superbes (même si le gros plan est une exception) et très probablement en acier chromé.
Il y a certainement plein de combinaisons de couleur que je ne connais pas. Et je serai heureux de découvrir ces accords chromatiques qui n’ont pas encore envoûté mes pupilles. Puisque l’on parle peinture, il faut avouer que parfois son application n’est pas très professionnelle. Trop fine ou mal appliquée (j’ai un modèle en état neuf qui présente une superbe peau d’orange par exemple) il est fréquent d’observer des défauts qui desservent un si beau moule d’une si belle carrosserie. On peut aussi trouver une teinte ayant débordé sur une autre ou la seconde n’ayant pas bien recouvert la première. Mais une chose est sûre, c’est que les Bentley S sont toujours bicolores chez Mercury. Une autre curiosité est l’ordre dans lequel les couleurs sont appliquées. Si je ne me trompe pas, et Kevin dit que je ne me trompe pas, merci Kevin, la carrosserie était entièrement peinte de la couleur la moins visible au final, celle de la partie supérieure. Ensuite l’ensemble de la partie inférieure était enduite du second coloris. J’imagine que le pochoir était plus facile à réaliser en ce sens. Sinon, je ne m’explique pas bien la démarche. Si vous avez une idée, n’hésitez pas à l’envoyer par mail, je la publierai.

Je disais donc que la Bentley S était toujours présentée en une robe bicolore. Et c’est ce que suggère l’étui qui montre une voiture de deux couleurs, ce qui est en accord avec d’une part le catalogue qui dit « bicolore » et d’autre part mon observation.
L’étui de la Rolls-Royce Silver Cloud, quant à lui, montre un modèle unicolore comme il le sera toujours. Deux type d’étuis sont connus. Celui qui semble être le premier a une illustration plutôt naïve qui permet tout juste de reconnaître la berline anglaise. Mais bien que les languettes indiquent qu’il s’agit d’une Bentley, la calandre dessinée est celle d’une Rolls-Royce. Le second type d’étui réparera cette erreur, mais surtout offrira un superbe dessin qui ne laisse aucun doute quant à l’auto représentée. Quelle différence ! Même si les couleurs utilisées et les dimensions de l’étui demeurent inchangées.
Si vous désirez connaître tous les coloris, les volumes de productions, toutes les nuances de moule, s’il y en a, eh bien vous savez que ce site n’est pas l’endroit où vous les trouverez. Mon regard est toujours celui d’un enfant. Mon enthousiasme est comme celui de Mercury. D’un désordre latin, mais plutôt coloré.

Je ne peux pas terminer cette page sans vous reparler de l’échelle, simplement parce que j’ai dit que je le ferai. Mais aussi parce que ce n’est pas totalement inintéressant. Si je ne peux pas vous assurer que c’est strictement du 1/50, je peux cependant vous assurer que c’est exactement la même échelle que la Bentley S de Corgi-Toys (réf. 224) et aussi la même que celle de la Bentley S de Dinky-Toys (réf. 194). En voici la preuve en images.

Ni Corgi-Toys, ni Dinky-Toys n’ont produit la Bentley S (pas plus que la Rolls-Royce Silver Cloud d’ailleurs) dans sa forme la plus courante. Mais pourquoi l’auraient-ils fait ? Mercury l’ayant fait auparavant aussi bien qu’ils n’auraient pu le faire.

Bientôt un article, plus court en raison de ses nombreuses caractéristiques communes, qui vous parlera de sa sœur jumelle : la Rolls-Royce Silver Cloud.

Je pense qu’il vaudra d’être lu pour sa comparaison des deux modèles et de nouvelles informations concernant à la fois la Bentley et la Rolls-Royce.

Remerciements à :

– Gerrit pour la superbe Bentley grise équipée de « parti cromate ».
– Kevin pour le catalogue et son exemplaire rare habillé de gris et bleu.

Copyright © 2010-2017 Corky Tous droits réservés
Ce site utilise le thème Desk Mess Mirrored, v2.2, de BuyNowShop.com.