Le commerce ambulant n’est pas l’apanage du HY… si l’on traverse la manche.

0

Je vis en France où je suis né, et bien que j’aie voyagé à travers presque toute l’Europe et sur divers continents, La seule partie de l’Angleterre que j’ai visitée est l’ile de Jersey (un régal pour l’amateur de Rolls-Royce que j’étais déjà). Vous pourriez donc penser que j’aie eu peu d’opportunités de connaître les utilitaires Karrier Bantam. Et vous auriez raison ! Je n’en avais même pas entendu parler avant de m’intéresser sérieusement aux Corgi-Toys. Comment l’intérêt que je portais à ces modèles m’amena à acheter cette épicerie ambulante ? Je ne sais même plus. Je me rappelle juste avoir acheté ma première cantine mobile Corgi-Toys référencée 471, à l’été 2011. Un exemplaire dans un état proche du neuf. Puis juste après un exemplaire neuf en boîte. Comme vous pouvez le voir, j’ai passé un peu de temps à faire de petites scènes utilisant différents personnages. Ce faisant j’ai eu un plaisir équivalent à celui qu’un enfant devait avoir en faisant de même. Simplement, j’ai pris des photos au lieu d’offrir mes commentaires à un public imaginaire ou de faire parler mes petits bonshommes. Cela m’a immédiatement donné l’envie de trouver l’échoppe motorisée du boucher or autre pendant du même fabricant. En ayant acquis un il y a peu, j’ai partagé la joie de ma découverte avec des membres d’un forum. Ce qu’ils m’en ont dit m’ont amené à écrire un peu plus que peu ou prou la centaine de mots qui présente habituellement le modèle du jour.

Discuter avec d’autres collectionneurs est toujours enrichissant. Pas seulement parce qu’ils peuvent m’apprendre plein de choses. Mais aussi parce qu’ils me rendent curieux de rechercher plus d’informations. Je ne vais pas vous raconter l’histoire du Commer Karrier Bantam. Plein de spécialistes ou sites bien documentés le feront bien mieux que je ne le pourrais. Je vais juste vous dire comment la revue professionnelle anglaise « Commercial Motor » a présenté cet utilitaire au printemps 1955. Ce magazine raconte que  » le carrossier Jon Bros. a entrepris la construction de magasins mobiles. Il a commencé avec l’échoppe d’un boucher sur un châssis de Karrier Bantam et il a aussi construit un stand Fish & Chips. Le camion du boucher avait un compartiment client, à l’arrière du véhicule, d’ 1m80 de large sur 0m75 de profondeur. Le comptoir était découpé sur un peu plus de 10cm près des 3 marches de l’entrée afin de faciliter l’accès. Une lumière éclairant les marches était incorporée au niveau du feu arrière latéral le plus excentré. Une vitrine était positionnée sur le comptoir, et des rails sur les deux côtés permettaient aux morceaux de viande d’être exposés à travers les vitres latérales. D’autres plateaux latéraux en formica facilitaient également la vue de la viande à travers ces mêmes vitres. Un bloc de découpe était proche des parois latérales et une glacière disposée derrière le compartiment chauffeur. Dix-sept plateaux en en aluminium équipaient des supports sous le comptoir et un tiroir était fourni pour les couteaux et autres lames. Lors de la vidange de la glacière, l’eau était rejetée à l’extérieur du véhicule tout comme les eaux usées d’un évier alimenté par un chauffe-eau de 11 l. de fabrication Smith Thermowell Co., Ltd. Le camion « Fish & chips », le premier d’une commande de douze unités de Mr. L. P. Hine de Susan’s Road a Eastbourne était également construit sur un châssis d’un Karrier Bantam. L’équipement incluait un double bac à friture, avec quatre paniers, une glacière pour le poisson frais et un évier. Les bacs étaient chauffés par huit brûleurs alimentés sous pression de paraffine, consommant l’équivalent d’un penny de carburant à l’heure, ce qui représentait une économie approximative de deux shillings par heure par rapport à un système à gaz conventionnel utilisé en magasin « .

Il est donc évident que Corgi-Toys n’a pas produit un modèle imaginaire comme pouvaient en avoir les enfants. Ce commerce ambulant numéroté 407 dans la gamme Corgi-Toys était un modèle qu’ils pouvaient vraiment voir dans le voisinage. Vous trouverez, ici, des illustrations tirées de « Commercial Motor » avant que vous alliez peut-être chercher sur le net de beaux clichés grands et nets. Vous ferez sans effort le rapprochement entre l’utilitaire croisé dans les rues anglaises et le modèle Corgi-Toys.

Un rapide regard sur mes deux petits camions, me faisait bien penser qu’ils avaient quelque-chose en commun. Mais en les mettant côte à côte j’ai réalisé combien ils étaient similaires en bien des points. Comme souvent beaucoup de modèles d’autres marques d’ailleurs. Les photos qui suivent vous montreront ces différences en détail. Celle de face indique clairement comment la taille d’un pochoir, ici celui utilisé pour la calandre, peut influencer notre vision, tout comme la couleur principale pour pratiquement tout véhicule. La gravure est pourtant bien la même. Si la cantine mobile semble plus légere, cela n’est dû qu’à ses jantes tournées et non plus pleine, car sinon ces deux côtés sont strictement identiques. J’ai pu constater ce phénomène sur d’autres Corgi-Toys, dans une même couleur mais avec ces deux types de jantes différentes. De légers changements peuvent être observés sur les parties droites et arrières. Les principales différences conernent le toit. Plus anecdotique est la modification du châssis. Pourtant ils ont l’air si dissemblables.

La plus récente cantine mobile, que l’on peut assimiler à un « Fish & chips » offre plus de fonctionnalités, et se prête plus au jeu. Il a en effet un comptoir rabattable, un chef tournant (!), une enseigne brillante grace au fameux système Trans-O-Lite. Et il bénéficie évidemment de toutes les améliorations apportées par Corgi-Toys en sept ans et demi de production. Ses suspensions et son intérieur détaillé apportent un certain réalisme. Mais le premier commerce ambulant a une belle décoration intérieure, faisant apparaître l’espace client dans la partie arrière comme sur le vrai. Ce décor a deux caractéristiques intéressantes. La première, qui fait qu’elle a résisté au temps, est qu’elle est en tôle imprimée comme vous pouvez le voir sur les clichés que nous devons à Jim Noble, émérite restaurateur. Maintenant la seconde. Observez le côté gauche. Michael, autre collectionneur averti a parié que je ne savais pas la chose suivante : Quacker, fabricant de céréales, mais aussi en ce qui nous concerne à l’instant, des « Sugar Puffs » prenait une commission tout en ayant une publicité gratuite. Il avait raison, je ne le savais pas.

Avant de terminer ce petit sujet, je vous demanderais d’excuser la couleur de certaines photos. Certaines sont surexposées, d’autres non. Mais je peux vous assurer qu’il s’agit des deux mêmes modèles sur toutes les photos, et que ceux-ci sont totalement d’origine.

Vous savez quoi ? Corgi-Toys a fait des variantes de ces modèles et a même proposé d’autres commerces ambulants. L’échoppe d’un boucher ou un camion de crèmes glacées par exemple. Une (ma) collection n’est pas prête de s’arrêter. Merci Monsieur Corgi !

Want to leave a note? Just fill in the form below.

Laisser un commentaire

Copyright © 2010-2017 Corky Tous droits réservés
Ce site utilise le thème Desk Mess Mirrored, v2.2, de BuyNowShop.com.