Espewe ! Je vous laisse le soin de prononcer.

0

J’étais heureux, et à la fois angoissé. Je venais de remporter aux enchères, grâce à un ordre écrit déposé trois semaines plus tôt, la Rolls-Royce Silver Ghost de Lenine (pas celle qui se vit attribuer des chenilles), produite par Espewe une marque Est-Allemande. C’est la miniature avec carrosserie en zamak, produite en 1971, pas celle en plastique produite sept ans plus tard en Pologne par Estetyka. Heureux j’étais, parce que même si je l’avais déjà, celle que je venais de remporter, du même coloris quoique avec un intérieur rouge plus vif, possédait un étui superbe alors que le mien avait des traces d’étiquette arrachée sur les deux rabats principaux. C’est parfois un peu idiot un collectionneur… D’autant plus que de ce petit caprice découlait mon angoisse ! Cette voiture viendrait accompagnée d’une douzaine d’autres modèles de la marque. Modèles que je ne connaissais pas, et dont je ne connaissais pas non plus la valeur. Parce qu’évidemment je n’allais pas tout garder et me retrouvais donc dans la peau d’un marchand, à ceci près que mon seul objectif était de rentrer dans mes frais, avec même le secret espoir que mon modèle ne me coûtât rien. Aujourd’hui encore, ce n’est pas le cas, et je reste déficitaire sur cette opération. Voilà pourquoi mes sentiments étaient mitigés alors que j’apprenais, en direct, cette nouvelle.

Lot suivant. Même fabricant et autant de modèles regroupés. Je vois l’image qui sur mon écran fait moins de 5 cm de large. Mais mon œil exercé y vît de suite la version capotée de cette Rolls-Royce, variante que je ne possédais pas encore. Vite clic sur le bouton qui permet d’enchérir ! Et me voilà donc avec mes deux modèles, et 22 autres !!! A moi les joies des petites annonces, des colis, des envois…

Mais une fois arrivées chez moi, ces miniatures m’ont permis de découvrir la qualité dont était capable l’industrie Est-Allemande. Tout d’abord,  j’ai ouvert tous les étuis des « old-timers » au 1/50. Echelle pas si bête, dans la mesure où des marques telles que Corgi et Dinky-Toys proposaient la même échelle pour certains de leurs modèles. Ces modèles mêlent zamak et plastique avec bonheur, ainsi que des pièces rapportées de bonne qualité. La gravure est généralement fine, la peinture bien appliquée et le montage soigné. Dans cette série, des modèles ont été réalisés entièrement en plastique. Ces modèles ne sont pas forcément très recherchés, mais leur relative rareté est indéniable. Un des modèles m’a été acheté par un collectionneur américain qui m’a dit qu’il le recherchait depuis près de dix ans. Autant vous dire qu’il était heureux. Et là il ne s’agit pas de modèles hors de prix, tel un Dinky-Toys sud-africain, juste d’un modèle qui aura coûté dix euros à son acquéreur. Mais ces modèles sont tout, sauf austères, qui est l’image que la provenance de ces modèles aurait pu… véhiculer. Ils sont colorés, même trop, si vous regardez par exemple la Rolls-Royce, notamment dans sa version fermée. Leurs étuis aux couleurs vives et aux illustrations très « vintage » en font des objets très désirables que je ne peux que vous souhaiter de tenir un jour dans vos mains et admirer quelques minutes. Et encore, j’ai constaté tout cela avant de m’occuper des 16 modèles restants. Des engins au 1/87. Qu’est-ce qu’ils sont attrayants ! Finement gravés, il sont en plastique, mais possèdent des détails de peintures très propres et, pour la plupart, des parties articulées costaudes, que l’on n’hésite pas à manipuler. Un camion à benne basculant latéralement dont le mécanisme est en métal. Un engin agricole, avec une partie métallique insérée avec une grande précision. Une semi-remorque porte conteneurs, avec tracteur détachable (un Unic Izoard en l’occurrence), et conteneurs amovibles qui ont même des doubles portes articulées !  Pour cette série on retrouve dans le même type d’étuis colorés, des minivans avec chauffeur, et même un passager pour l’un d’entre eux, une grue articulée avec poulies et câbles, pivotant sur sa base équipée de chenilles en caoutchouc souple, des nacelles fonctionnelles, un tracteur, des camions-bennes à basculement arrière, un camion plateau à ridelles dont le chargement de charbon peut être retiré, des bus… Je n’ai eu là, sans doute, qu’un aperçu. Mais presque l’envie de collectionner ces modèles, si la place et le budget…

J’ai failli garder l’Unic qui a cependant vite trouvé preneur. Quelle belle pièce ! Un véritable jouet ! Et dont la qualité n’avait, à l’époque, rien n’a envier aux productions occidentales.  Comme chacun de ces articles que j’ai pu observer à loisir. Pour les amateurs de HO, ce sont des modèles à (re)découvrir. Car de fait certains moules sont originaux, d’autres non, et certains ont connu une autre vie sous d’autres marques. Et là, je ne saurais vous en dire plus. Car déjà cette marque, Espewe, ne m’est connue qu’à travers cette bonne vingtaine de modèles, arrivés d’un seul coup chez moi. Cette présentation n’est donc là que pour vous faire partager la joie que j’ai eue à connaître ces modèles. Les carrosseries en zamak de bonne épaisseur confèrent aux voitures qui en sont faites un poids surprenant, le LKW à benne basculant latéralement a un mécanisme simple inspiré de celui de certains Dinky-Toys françaises. Le faire fonctionner du bout des doigts est un plaisir. Pivoter la grue et la faire creuser ramène bien des années en arrière, bien que je doute qu’un jouet aussi délicat ait duré bien longtemps dans les mains d’un enfant, même précautionneux. Les nacelles, aux articulations un peu raides, sont le complément idéal d’un réseau HO équipé de lampadaires ou même de caténaires. Un ou deux ouvriers, peuvent y prendre place et on arrivera à positionner, sans mal, ceux-ci à la hauteur et distance voulues. Même non articulés ou sans systèmes opérationnels, les bus, tracteurs, tacots, sont charmants et si je rentre dans mes frais avant d’avoir tout vendu, il n’est pas exclu que je garde, la ou les dernières pièces. Peut-être la Dixi 1927… Elle est tellement chou dans sa robe vert anis. Et à peine plus grosse (plus haute en fait) que la Silver Wraith de Mettoy, car la véritable automobile fait figure de pou des routes surtout comparée à une Silver Wraith qui n’était pas le plus petit châssis proposé par Rolls-Royce. Bon je vous laisse, je retourne me régaler de ces modèles avant que les derniers n’aillent faire le bonheur de collectionneur.

Want to leave a note? Just fill in the form below.

Laisser un commentaire

Copyright © 2010-2017 Corky Tous droits réservés
Ce site utilise le thème Desk Mess Mirrored, v2.2, de BuyNowShop.com.